La Belle Plume

Forum littéraire, pour parler lecture et échanger des avis.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La mort d'un père de Karl Ove Knausgaard

Aller en bas 
AuteurMessage
sandrine57
Plume de Légende
Plume de Légende
avatar

Messages : 1030
Date d'inscription : 26/04/2010
Age : 48
Localisation : moselle

MessageSujet: La mort d'un père de Karl Ove Knausgaard   Lun 27 Aoû - 13:58



Première partie d'un des plus étonnants projets littéraires contemporains, la mort d'un père a connu un succès fulgurant dans les pays scandinaves - plus de 500 000 exemplaires vendus dans son seul pays d'origine, la Norvège. Traduite en 15 langues, récompensée de nombreux et prestigieux prix littéraires, cette tentative d'embrasser et de transcender par l'écriture la vie tout entière a d'ores et déjà permis à Knausgaard de se hisser parmi les grands classiques contemporains. Le petit Karl Ove est un enfant trop sensible, grandi à l'ombre d'un frère solaire, d'une mère souvent absente et d'un père aux colères et à la dureté imprévisibles. Devenu lui-même père, il revient sur ses années de jeunesse. Tissé de mille et une petites anecdotes qui forment autant d'épiphanies, ce temps de l'enfance est marqué par la figure paternelle, ombre portée qui plane sur l'ensemble de l'ouvrage. Jusqu'à sa mort dans la déchéance et l'alcoolisme, et sans doute bien après, la vie de Karl Ove reste hantée par ce père souvent cruel envers son cadet qu'il trouve trop délicat. Les scènes de l'enfance et de l'adolescence, retranscrites avec une justesse poignante, évoquent les premiers émois, la passion du rock, les inhibitions. Karl Ove a la vie dure : il ne prononce pas bien les "r ", sent très jeune sa différence, lui qui, comme nombre d'enfants, n'aspire qu'à la plus plate normalité. Et bientôt survient l'impossible : son frère aîné puis sa mère quittent le foyer familial, laissant Karl Ove seul face à ce père menaçant. Tout est à la fois extrêmement intime et totalement universel dans cette épopée du quotidien qui fait notoirement écho à l'entreprise proustienne dans sa quête d'exhaustivité. L'écriture, fougueuse, pleine d'une douleur et d'une intensité peu communes, donne toute sa force à cette autobiographie qui transcende et renouvelle largement les codes du genre. Par-delà ce paysage sensible livré sans fard, avec une sincérité qui confère à l'impudeur, l'oeuvre de Knausgaard est une quête artistique et intellectuelle : celle de la possibilité pour la littérature de dire la vie. L'écho unanime qu'a rencontré ce livre auprès de la critique souligne, s'il en était besoin, le caractère visionnaire et indispensable de ce texte hors norme.

Le petit Karl Ove grandit dans une famille normale avec son grand frère et ses parents. le peu de compassion que l'on peut éprouver à son égard quand il décrit ses rapports avec un père autoritaire, distant et souvent humiliant, disparaît peu à peu lorsqu'il devient un adolescent un peu crétin, passionné de musique et d'alcool. Au même moment, sa famille se disloque, son frère part étudié à Bergen, ses parents divorcent et Karl Ove partage son temps entre un petit appartement en ville et la maison familiale où vit son père. Celui-ci trouve une nouvelle compagne et sa personnalité change peu à peu. Moins sévère, il est plus ouvert et se met à boire.
Les années passent, Karl Ove s'installe à Bergen, rencontre sa première femme et se met à l'écriture. Pendant ce temps, son père sombre dans la déchéance. Séparé de sa seconde épouse, il s'est installé chez sa vieille mère et boit jusqu'à plus soif. Quand il meurt, Karl Ove et son frère retournent dans la ville de leur enfance pour s'occuper de l'enterrement. Ce qu'ils y trouvent est horrible. Leur père a transformé la maison de leur grand-mère en immense dépotoir. le linge sale côtoie des centaines de bouteilles vides, tout est recouvert par la crasse et les excréments. Karl Ove et Yngve s'attaquent au nettoyage tout en assimilant, chacun à leur façon, la disparition de leur père.

Avant de me lancer dans cette autobiographie, je me suis un peu renseignée au sujet de Karl Ove KNAUSGAARD, auteur norvégien que je ne connaissais pas du tout.
J'ai donc appris que ce livre avait été sujet à controverses dans son pays mais aussi qu'il a eu un énorme succès, notamment en Norvège et en Suède.
Après ma lecture, je me demande d'où vient un tel engouement…
Narrateur de sa propre vie, Karl Ove KNAUSGAARD se raconte avec beaucoup (trop?) de distance. Peu attachant, il n'a pas réussi à m'émouvoir ou simplement m'intéresser à son histoire. le style est plat, les digressions trop nombreuses et je me suis perdue dans un océan d'informations et de détails sans importance. Si la dernière partie, au moment où les deux frères arrivent chez la grand-mère, sauve un peu l'ensemble, il n'en reste pas moins que cette lecture fut laborieuse et ennuyeuse.
Ceci dit, c'est un premier tome. Peut-être que cela s'améliore par la suite…Mais je ne le saurai jamais, je ne compte pas continuer à explorer la vie de Karl Ove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La mort d'un père de Karl Ove Knausgaard
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Karl Ove KNAUSGAARD (Norvège)
» Undertaker serait mort !!!!
» Dieu de la mort : 03/2008
» nouvelles du soldat Achille Migne , mort à l'ennemi
» Trompe la mort de Clérisse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Belle Plume :: Littérature :: littérature européenne-
Sauter vers: