La Belle Plume

Forum littéraire, pour parler lecture et échanger des avis.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sang d'encre de Stéphanie Hochet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sandrine57
Plume de Légende
Plume de Légende
avatar

Messages : 1024
Date d'inscription : 26/04/2010
Age : 48
Localisation : moselle

MessageSujet: Sang d'encre de Stéphanie Hochet   Ven 5 Avr - 0:45



La fascination qu'exercent tatouages et tatoueurs sur le narrateur l'a conduit à dessiner pour l'un d'eux, son ami Dimitri. Mais il a longtemps résisté à offrir sa peau aux poinçons et à l'encre. C'est une phrase latine sur les heures qui passent, Vulnerant omnes, ultima necat (toutes blessent, la dernière tue), qui le fera changer d'avis et bouleversera son existence. Dès que Dimitri la lui tatoue sur la poitrine, il devient un autre homme dans ses rapports aux femmes, au temps, à l'existence. Mais très vite l'encre des premiers mots pâlit et, étrangement, son sang en fait autant...
Dans une langue dense et puissante, Stéphanie Hochet écrit une fiction aux marges du fantastique, une méditation sensuelle sur le sang et l'écriture, la peau et la mémoire, les traces et l'oubli.

Depuis toujours, le narrateur est fasciné par les tatouages mais il n'a jamais réussi à enfreindre le tabou familial et à marquer sa peau irrémédiablement. Il a trouvé dans son amitié avec Dimitri, un talentueux tatoueur, une façon d'approcher ce monde qui l'attire tant. Il dessine pour lui et parfois s'entraîne à manier encres et poinçons. Au cours d'un voyage en Italie, le hasard le met en présence d'une phrase qui le décide à sauter le pas : Vulnerant omnes, ultima necat. Désormais c'est cette phrase qu'il affichera fièrement sur son plexus solaire. Heureux d'exhiber son corps enfin tatoué, il enchaîne les conquêtes dans le seul but de le dévoiler et de susciter l'étonnement, l'admiration et les questions des femmes qu'il séduit. Pourtant, très vite, il déchante. Cette marque censée être indélébile s'efface progressivement et il tombe malade. Tout se passe comme si l'encre du tatouage s'infiltrait et se diluait dans son sang.

Cela commence comme la banale histoire de tatouage pour se transformer au fil des pages en récit fantastique. Le tatouage du narrateur n'est pas une simple trace sur sa peau, il s'insinue sous son épiderme pour prendre possession de son sang. Le tatoueur passe du statut d'ami à celui de personnage inquiétant, de rôdeur au pouvoir peut-être maléfique. Le narrateur pensait que cette trace indélébile sur sa peau le rendrait invulnérable mais la phrase choisie avec tant de soin s'efface peu à peu pour ne laisser qu'un message prophétique : "ultima necat", la dernière tue. Obsédé par son tatouage, comme Dorian Gray par son portrait, comme Maupassant par son Horla, le narrateur glisse lentement vers la folie...
Une belle écriture au service d'un roman intrigant, troublant même, mais dont on ressort perplexe, sans en comprendre le message. La plume est belle, à découvrir peut-être avec un autre livre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Sang d'encre de Stéphanie Hochet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Belle Plume :: Littérature :: Littérature française et francophone-
Sauter vers: