La Belle Plume

Forum littéraire, pour parler lecture et échanger des avis.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La fille à la vodka de Delphine de Malherbe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sandrine57
Plume de Légende
Plume de Légende
avatar

Messages : 1024
Date d'inscription : 26/04/2010
Age : 48
Localisation : moselle

MessageSujet: La fille à la vodka de Delphine de Malherbe   Lun 26 Nov - 9:00



Alice Duval est une jeune trentenaire à qui tout réussit. Soudainement, elle abandonne tout et part s'installer en Provence pour une raison mystérieuse. À Avignon, dans la capitale du théâtre, elle tombe le masque devant un homme étrange qui l'attire. Mais demeure incapable de se livrer à lui, car elle est victime d'un mal tabou chez les jeunes femmes qui réussissent leur vie : l'alcool.
Pas à pas, telle une équilibriste fragile sur un fil tendu, elle avance avec hésitation entre la sagesse et le gouffre, entre l'ivresse de vivre et le vertige de l'amour. Des lolitas qui boivent comme Amy Winehouse aux femmes battues qui noient leur chagrin dans la bouteille, les clichés ont la vie dure concernant l'alcoolisme au féminin. Delphine de Malherbe ne craint pas d’aborder ce sujet en face. De récentes enquêtes révèlent un pourcentage plus élevé chaque année encore de jeunes femmes de pouvoir brillantes, belles et successful mais gravement touchées par cette addiction. Une réalité qui met à jour la nécessité urgente d'affiner la notion de « femme libre » dans le monde moderne.

Installée sur le cheval de bois d'un manège, Alice dévore une rose pour attirer l'attention d'un homme assis sur un banc. Cet homme, c'est Patrice. Il a 50 ans et s'est réfugié à Avignon pour fuir sa vie et trouver une fille, "celle qui aura le courage" mais de quoi? Alice choisit d'avoir le courage de l'aimer. Elle a 30 ans et elle aussi a trouvé refuge à Avignon, pour être près de son grand-père et pour s'éloigner de sa vie parisienne où la vodka n'avait que trop tendance à couler à flots. Sevrée d'alcool, elle se repaît d'amour dans les bras de cet homme à qui elle s'offre mais sans rien lui confier de ses tourments. Acculée par sa passion, par les questions qu'il lui pose, elle se défend avec des insultes. Elle pense ne pas savoir aimer, elle pense n'être douée que pour s"enivrer. Pourtant elle s'accroche à cet amour, remplaçant une dépendance par une autre.

Delphine de MALHERBE a écumé les plateaux télé pour présenter son autofiction dans laquelle elle disait évoquer un sujet encore tabou en France : l'alcoolisme féminin et, loin des stéréotypes, plus précisément celui des trentenaires à qui tout réussit mais qui ont besoin d'une béquille pour affronter leur vie et leurs succès. Et bien c'est raté et Delphine de MALHERBE ne tient pas ses promesses. Son livre, un quasi monologue indigeste, tient plus du récit d'une passion amoureuse légèrement érotique que de l'histoire d'une jeune femme qui combat son alcoolisme. L'alcool est certes évoqué mais de façon abstraite et ses conséquences néfastes sont à peine évoquées. Alice boit des alcools forts depuis l'âge de 14 ans pour être à l'aise en société sans que son entourage ne remarque jamais son ivresse. Et à 30 ans, elle est toujours belle et fraîche, tout au plus évoque-t-elle un foie qui pourrait avoir souffert de ses excès. Donc après nous avoir abreuvés pendant la quasi totalité du livre de considérations décousues sur l'amour et le sexe avec un homme énigmatique, elle tente de se rattraper dans les dernières pages en installant son héroïne devant une émission-débat sur l'alcoolisme au féminin et l'arrogance d'un type qui aligne les clichés au grand dam de son interlocutrice qui le remet à sa place. Aussi inutile qu'artificiel ce court passage n'apporte rien à une histoire qui a sombré depuis longtemps dans un ennuyeux déballage des pensées de l'auteure.
Jamais je n'ai réussi à entrer dans le monde d'Alice, en grande partie aussi à cause de cette écriture saccadée, de ces phrases sans queue ni tête qu'emploie l'auteure et qui ne facilitent pas la compréhension du texte. Une déception.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La fille à la vodka de Delphine de Malherbe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Link version fille
» [Musso, Guillaume] La Fille de Papier
» Une fille pour deux mecs...
» Jeune fille cheveux bleus
» La jeune fille et ses colombes (texte de Masirène, toile de Shérazade)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Belle Plume :: Littérature :: Littérature française et francophone-
Sauter vers: