La Belle Plume

Forum littéraire, pour parler lecture et échanger des avis.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le vase où meurt cette verveine de Frédérique Martin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sandrine57
Plume de Légende
Plume de Légende
avatar

Messages : 1024
Date d'inscription : 26/04/2010
Age : 48
Localisation : moselle

MessageSujet: Le vase où meurt cette verveine de Frédérique Martin   Ven 19 Oct - 10:10



"Je vais encore être cause de ta peine. Ta verveine est morte aux premières brûlures de juillet. Je crains d'en être responsable. Après l'avoir trop arrosée, je l'ai quelque peu délaissée, tu vois le résultat. Devant mon abattement, Gauthier a suggéré que je la remplace sans rien te dire. Comme c'est mal me connaître ! Je ne t'infligerais jamais un tel affront, je sais trop comme tu tenais à elle."
Parce que leurs enfants ne peuvent les héberger ensemble lorsque Zika doit aller se faire soigner le coeur, Joseph et elle se retrouvent séparés après plus de cinquante-six années de vie commune. Lui est accueilli chez leur fils Gauthier à Montfort, elle chez leur fille Isabelle à Paris. Commence alors entre eux une relation épistolaire qui voit s'éloigner la perspective de leurs retrouvailles et se déliter leur univers. En se rebellant contre cette séparation forcée, Zika et Joseph découvrent la face cachée de leurs enfants et leurs propres zones d'ombre. Jusqu'au drame final, où ils devront affronter le désastre humain qu'ils ont engendré.

Depuis le jour béni de leur mariage, il y a 56 ans de cela, Zika et Joseph ne se sont jamais quittés jusqu'au jour où Joseph découvre Zika évanouie dans la cuisine devant le four où une tarte aux pommes commence à brûler. Paniqué devant ce corps qu'il a cru mort, le vieil homme a un instant de faiblesse et appelle les enfants à la rescousse. Zika doit voir un cardiologue, faire des examens, suivre un traitement. Elle ira donc s'installer chez Isabelle à Paris. Mais l'appartement est trop petit pour héberger le couple et Joseph part à Montfort chez Gauthier. Les vieux amants, les éternels amoureux, vivent douloureusement cette première séparation. Pour apaiser leur souffrance, ils s'écrivent de longues lettres passionnées, évoquant leur amour toujours intact, leurs souvenirs et leur nouvelle vie auprès d'un enfant qui a grandi et qu'ils connaissent si peu. Le temps passant, la séparation devient intolérable mais Gauthier et Isabelle, enfermés dans leurs propres problèmes, ne sont pas prêts à changer les choses. Jusqu'au drame final...

L'amour qui transcende tout, le désir qui perdure et fait fi du temps qui passe, la jalousie toujours intacte...Zika et Joseph forment un couple dont on envie la force des sentiments et la longévité. Pourtant, leurs enfants ont été blessé par cet amour exclusif qui leur laissait peu de place. En s'occupant de sa mère, Isabelle trouve une occasion de se l'accaparer, de l'éloigner de ce père trop présent et de régler des comptes. A un âge où le vieux couple pense en avoir fini avec leurs devoirs de parents, Zika et Joseph se retrouvent confrontés à des adultes qu'ils connaissent finalement très peu. Parce qu'ils se sont trop aimés l'un l'autre pour s'intéresser à tous ceux qui leur étaient extérieurs? Peut-être... Peu importe pour les amoureux de toujours qui font leur force de ce sentiment fort et toujours présent. La séparation qui se prolonge au delà du supportable les amène à réfléchir à leur âge, leur impuissance, leur humiliation de voir les rôles s'inverser. Vieillir, c'est prendre la place des enfants et se laisser guider par eux. Difficile quand on a du caractère et qu'on n'a jamais eu besoin de personne. L'obsession d'Isabelle tourne au drame, Gauthier se détourne de sa famille et c'est toute l'histoire qui prend un tour très sombre.
Au fil de lettres au charme désuet, une belle réflexion sur l'amour, la maternité, la vieillesse...Une belle lecture, forte, dramatique, un peu effrayante aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le vase où meurt cette verveine de Frédérique Martin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Martin, Frédérique] Le vase où meurt cette verveine
» L'ARTISTE NE MEURT JAMAIS?
» Qu'allez vous faire pour mle Halloween de cette année ??
» Cette grandeur qu'était Rome (The Grandeur that was Rome)
» vase d expention

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Belle Plume :: Littérature :: Littérature française et francophone-
Sauter vers: