La Belle Plume

Forum littéraire, pour parler lecture et échanger des avis.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La déesse des petites victoires de Yannick Grannec

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sandrine57
Plume de Légende
Plume de Légende
avatar

Messages : 1024
Date d'inscription : 26/04/2010
Age : 48
Localisation : moselle

MessageSujet: La déesse des petites victoires de Yannick Grannec   Lun 15 Oct - 9:39



Université de Princeton, 1980. Anna Roth, jeune documentaliste sans ambition, se voit confier la tâche de récupérer les archives de Kurt Gödel, le plus fascinant et hermétique mathématicien du XXe siècle.
Sa mission consiste à apprivoiser la veuve du grand homme, une mégère notoire qui semble exercer une vengeance tardive contre l’establishment en refusant de céder les documents d’une incommensurable valeur scientifique.
Dès la première rencontre, Adèle voit clair dans le jeu d’Anna. Contre toute attente, elle ne la rejette pas mais impose ses règles. La vieille femme sait qu’elle va bientôt mourir, et il lui reste une histoire à raconter, une histoire que personne n’a jamais voulu entendre. De la Vienne flamboyante des années 1930 au Princeton de l’après-guerre ; de l’Anschluss au maccarthysme ; de la fin de l’idéal positiviste à l’avènement de l’arme nucléaire, Anna découvre l’épopée d’un génie qui ne savait pas vivre et d’une femme qui ne savait qu’aimer.
Albert Einstein aimait à dire : « Je ne vais à mon bureau que pour avoir le privilège de rentrer à pied avec Kurt Gödel. » Cet homme, peu connu des profanes, a eu une vie de légende : à la fois dieu vivant de l’Olympe que représentait Princeton après la guerre et mortel affligé par les pires désordres de la folie. Yannick Grannec a réussi, dans ce premier roman, le tour de force de tisser une grande fresque sur le XXe siècle, une ode au génie humain et un roman profond sur la fonction de l’amour et la finalité de l’existence.

Princeton, 1980. Un peu malgré elle, beaucoup grâce à son père, Anna est documentaliste à l'IAS (Institut de Recherche Avancée). Le directeur lui confie la tâche de récupérer les documents laissés par le grand mathématicien Kurt Gödel après sa mort. Mais cet héritage, si précieux pour la science, est entre les mains de sa veuve. La revêche Adèle a des comptes à régler avec l'université et compte bien faire attendre les chercheurs le plus longtemps possible. D'autres, avant Anna, ont essayé de l'amadouer, en vain. Pourtant, cette fois-ci, la vieille dame indigne accepte de revoir Anna, à condition qu'elle l'écoute raconter son histoire. C'est ainsi que la jeune documentaliste découvre comment une petite danseuse de cabaret viennoise rencontre en 1928 un génie de la théorie des mathématiques, saura l'apprivoiser et ne le quittera plus jusqu'à sa mort 50 ans plus tard, malgré l'hostilité de sa famille, malgré aussi ses manies, son hypocondrie, sa folie, son égoïsme. Elle sera sa femme, sa mère, son infirmière, le sauvera de l'Europe en guerre et surtout le sauvera de lui-même et cela sans jamais espérer une marque de reconnaissance, d'affection ou d'attention en retour. Une vie de sacrifice au service d'un génie, mais au nom de l'amour.

Pour moi qui sais tout juste compter jusqu'à 10, lire la vie d'un mathématicien logicien était une gageure. Mais j'ai relevé le défi et ce fut un bonheur de chaque instant. Alors bien sûr, je me suis souvent sentie dans la peau d'Adèle face aux explications de son mari. Comme elle, je n'ai rien compris à toutes ses théories et cela ne s'est pas amélioré quand Gödel s'est soudain passionné pour Husserl et la phénoménologie...J'ai alors tellement compris les sentiments d'Adèle, petite danseuse autrichienne sans culture, sans éducation, qui tous les jours vivait aux côtés de cet homme hermétique et froid, dans un monde d'universitaires, un cercle d'amis tous férus de sciences, dont le plus célèbre n'était rien de moins qu'Albert Einstein! Et j'ai surtout compris la force de son amour! Car il fallait une bonne dose d'amour pour supporter la condescendance de certains, le sentiment perpétuel d'infériorité. D'autant que Gödel, tout génie qu'il soit, est totalement inadapté socialement, incapable de s'occuper de lui-même, sujet à des névroses, anorexique, paranoïaque, monstrueusement égoïste. Celle qui a souvent été considérée comme l'autrichienne inculte, la mégère vulgaire, prononce à un moment une phrase très juste. Elle s'indigne que tout le monde se soit toujours interrogé sur le choix du génie pour une telle femme et que personne ne se soit jamais posé de questions sur son choix à elle. C'est qu'il n'était pas facile à aimer ce Kurt! Son amour, son abnégation, ses sacrifices, si peu reconnus, si souvent bafoués, ont pourtant été la force qui permettait au grand homme de travailler sans soucis d'aucune sorte.
Au final, La déesse des petites victoires est un livre bouleversant et fort qui nous promène de la Vienne des années folles jusqu'à l'austérité de Princeton, en passant par les grands évènements qui ont marqué le siècle : la montée du nazisme, l'Anschluss, la deuxième guerre mondiale, le maccarthysme, l'assassinat de Kennedy. Et toujours, au delà les aléas de l'Histoire, l'amour,le génie, la folie, la vie en sont les fils conducteurs. Alors même si vous êtes réfractaires aux maths et allergiques à la logique, n'hésitez pas à découvrir l'incroyable destin de cette femme qui comme souvent, se cachait derrière le grand homme.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La déesse des petites victoires de Yannick Grannec
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Belle Plume :: Littérature :: Littérature française et francophone-
Sauter vers: