La Belle Plume

Forum littéraire, pour parler lecture et échanger des avis.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La dactylographe de Mr James de Michiel Heyns

Aller en bas 
AuteurMessage
sandrine57
Plume de Légende
Plume de Légende
avatar

Messages : 1037
Date d'inscription : 26/04/2010
Age : 49
Localisation : moselle

MessageSujet: La dactylographe de Mr James de Michiel Heyns   Lun 27 Aoû - 13:56



En 1907, Henry James engage une nouvelle secrétaire, Theodora Bosanquet, qui demeurera à son service jusqu'à sa mort. Rebaptisée Frieda Wroth par Michiel Heyns elle est la voix de cet étonnant roman dont on ne sait plus vraiment qui est l’auteur en fin de compte, tant Heyns est un virtuose du style jamesien. Combinant faits et fiction, il recrée la petite ville de Rye et la société gravitant autour
du « Maître ». Avec, au premier plan, la vie dans Lamb House, la grande maison de brique où se croisent et se recroisent les domestiques imperturbables, les invités bavards et indiscrets, la famille James (le docte professeur William, sa femme et leurs deux enfants), une médium et ses séances de spiritisme, la redoutable meneuse des suffragettes, les jeunes disciples mâles de James, sans oublier Max le chien, tous emportés dans une sorte de tourbillon. Mais la mélancolie n'est pas loin : le lecteur sait, comme Henry James lui-même, que la mort est annoncée. Appréciée pour sa compétence, frustrée de n'être guère plus que la dactylographe du grand homme, qui la fascine mais qu'elle observe d'un oeil critique, prise au centre d'une tragi-comédie à quatre (une
histoire de lettres compromettantes à récupérer) dont les principaux acteurs sont la terrifiante Edith Wharton et le beau Morton Fullerton, les deux amis de coeur de Mr James, Frieda, s’efforce, elle, d’obéir au dictum du Maître : « Profitez de la vie autant que vous le pouvez ; c’est une erreur que de
ne pas le faire. » Mais vivre aussi a un prix… Amours et tromperies, jeux de dupes, nous sommes vraiment chez Henry James ! Un enchantement de lecture.


Grande-Bretagne, 1907. Fraîchement diplômée de l'Académie de dactylographie pour jeunes femmes, Frieda Wroth est engagée par le grand écrivain Henry James pour lui servir de secrétaire et travailler sous sa dictée. La jeune fille s'installe donc à Rye, petite localité de Sussex et passe une partie de ses journées à travailler avec le « Maître ». Mais Lamb House n'est pas seulement un lieu de travail, c'est aussi une demeure hospitalière où les invités se succèdent: jeunes admirateurs, parents de passage et écrivains reconnus, parmi lesquels la pétillante Edith Warton et le très séduisant Morton Fullerton.
Consciencieuse et dévouée, Frieda est cependant déçue de n'être qu'une dactylographe. Elle rêve de considération et s'essaye même à l'écriture dans le plus grand secret. L'attention que lui porte Fullerton la libère de son train-train et, pour lui, elle fait fi de tous les principes enseignés par sa mère en mentant, en se donnant à lui et en s'apprêtant à trahir son employeur.

Entre manipulations, trahisons et adultères, on ne s'ennuie pas dans la bonne société anglaise! le beau Samuel Fullerton attire toutes les convoitises et sait user de son charme pour parvenir à ses fins -en l'occurrence, récupérer des lettres qu'il juge compromettantes. La pauvre Frieda en fera les frais, elle qui a fui la cour empressée et un brin autoritaire d'un apothicaire pour s'émanciper. Elle découvrira que le cœur est parfois plus puissant que l'intellect et qu'il peut mener aux pires extrémités. Au milieu de ce jeu de dupes, Henry James apparaît comme un peu naïf et trop confiant.
Mais ce charmant « psychodrame » laisse aussi une place à un fond plus « historique ». En mêlant fiction et faits réels, Michiel HEYNS nous plonge dans l'intimité d'Henry James et de sa dactylographe, dans l'Angleterre au début du siècle. On ressent bien le fourmillement d'idées nouvelles de ce XXè siècle naissant: les suffragettes, le spiritisme, les nouvelles techniques.
Un livre calme et paisible comme la campagne anglaise, au charme désuet et british, à déguster avec une tasse de thé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La dactylographe de Mr James de Michiel Heyns
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le dernier des Mohicans (James Fenimore Cooper)
» James Herriot : Toutes les créatures du Bon Dieu
» James Lee Burke : "Dans la brume électrique"
» Dark Angel, une série de James Cameron sans James Cameron ;D
» [Oh! éditions] La beauté du mal de Rebecca James

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Belle Plume :: Littérature :: littérature africaine et orientale-
Sauter vers: