La Belle Plume

Forum littéraire, pour parler lecture et échanger des avis.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le chant des regrets éternels d'Anyi Wang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sandrine57
Plume de Légende
Plume de Légende
avatar

Messages : 1025
Date d'inscription : 26/04/2010
Age : 48
Localisation : moselle

MessageSujet: Le chant des regrets éternels d'Anyi Wang   Ven 3 Juin - 9:22



De la femme ou de la ville, difficile de savoir qui est la véritable héroïne de ce roman poétique, au style aussi léger qu’une «aile de cigale». Dans les années 1940, Wang Ts'iao incarne toutes les jeunes filles exquises de Shanghai. À l’époque, elles sont encore libres d’aller et venir. Wang Ts’iyao est la maîtresse d’un homme politique, lorsque la Révolution culturelle s’abat sur sa vie. Un destin féminin à travers trois époques : la guerre, l’ère Mao et les années 1980.

En 1946, Ts'iyao a 16 ans, la beauté et l'insouciance de la jeunesse. Elle fréquente les studios de cinéma, pose pour un photographe et devient "Troisième Miss" de Shangaï. La guerre n'est pas loin mais la jeune fille et la ville s'en moquent. Découvrir la vie, en profiter, c'est tout ce qui importe. Modernes, joyeuses, libres et terriblement vivantes, telles sont Ts'iyao et shangaï.

Entretenue par un haut dignitaire, Ts'iyao est obligée de s'exiler à la campagne quand les évènements politiques s'emballent. Elle goûte aux joies d'une vie plus simple mais, très vite, sa ville lui manque cruellement. Elle y retourne et s'installe dans l'une de ces petites ruelles qui font le charme de la ville. Encore jeune, Ts'iyao n'a cependant plus d'espoir de se marier. Des rumeurs courent sur son passé de courtisane...Elle devient donc infirmière, se fait des amis dans son quartier et tombe même amoureuse. Shangaï a changé avec le communisme mais fondamentalement la ville est restée la même. Seules les priorités se sont déplacées de la recherche du dernier accessoire à la mode à la recherche de nourriture mais la joie de vivre est toujours là. L'ère Mao a bouleversé le quotidien mais les mentalités sont intactes et , les temps ont beau être durs, Ts'iyao reste sereine. Entre parties de mah-jong et goûters improvisés, elle porte un enfant qu'elle choisit de garder malgré l'impasse de sa situation amoureuse.

Dans les années 80, Shangaï semble revivre après des années de plomb. A nouveau, les jeunes filles -dont Wei-Wei, la fille de Ts'iyao- arpentent le Bund, l'artère principale de la ville, pour faire les boutiques et s'afficher dans les dernières tenues à la mode. Ts'iyao n'est pas en reste. De sa jeunesse, elle a gardé le charme, l'élégance et le goût des belles choses. Ses amis font partie de la jeunesse qui fait la ville. Ts'iyao sort le soir et retrouve l'insouciance de ses 20 ans.

En 1986, Ts'iyao a vieilli. Sous les fards, les traits sont marqués par l'âge. Shangaï brille de mille feux mais si on y regarde de plus près, les façades se lézardent, elles aussi marquées par le temps qui passe...

1946/1986: 40 ans de la vie d'une femme, 40 ans de la vie d'une ville.
Un roman magnifique tout en finesse et élégance qui conte le destin d'une femme et à travers elle d'une ville. A l'insouciance succèdent les désillusions mais on ne ressent aucune amertume, plutôt une magnifique aptitude à s'adapter à tout, à accepter son sort et à tirer le meilleur de chaque situation. Le style est poétique, le ton n'est jamais larmoyant et les choses sombres sont abordées par petites touches pudiques. Ce livre est un hymne à la vie, et même la survie, à la beauté des choses et à l'espoir doux-amer d'un avenir meilleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le chant des regrets éternels d'Anyi Wang
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le chant des regrets éternels, de Wang Anyi (et autres romans)
» WANG Anyi (Chine)
» Un nouveau Grand Méchant Admin
» Votre méchant préféré dans les Walt Disney
» L’amore au chant d’honneur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Belle Plume :: Littérature :: Littérature asiatique-
Sauter vers: