La Belle Plume

Forum littéraire, pour parler lecture et échanger des avis.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Disgrâce (J.M. Coetzee)

Aller en bas 
AuteurMessage
Chantilly
Critique Littéraire
Critique Littéraire
avatar

Messages : 378
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 60
Localisation : 34

MessageSujet: Disgrâce (J.M. Coetzee)   Dim 22 Aoû - 14:36


Citation :
Agé de 52 ans et deux fois divorcé, David Lurie enseigne la poésie romantique et la communication à l'université du Cap. Encore jeune de corps et de cœur, ce don Juan du campus se laisse aller à un dernier élan de désir, d'amour peut-être. Mais la petite étudiante se moque bien de Wordsworth et de Byron et l'aventure tourne mal. Convaincu de harcèlement sexuel, David Lurie démissionne. Réfugié auprès de sa fille Lucy, dans une ferme isolée, il tente de retrouver un sens au seul lien qui compte encore à ses yeux. Mais les temps ont changé. La fracture sociale est arrivée jusqu'au cœur de ce pays et la violence n'épargne pas les campagnes. L'idylle pastorale tourne au cauchemar. Aussi sombre que magnifique, l'élégie cynique de J. M. Coetzee jette une lumière glacée et crépusculaire sur la nation arc-en-ciel et consigne l'avènement d'un nouvel âge de fer.

Coetzee décrit ce monde de l'après apartheid dans un style simple et sans fioriture, un style qui retranscrit l'hostilité d'un monde où la violence est toujours présente un monde plein de rancoeur et de désillusion, un monde qui semble sans espoir où l'on s'interroge sur la nature humaine.
Oui, disgrâce de David Lurie, de sa fille, des animaux, de l'homme blanc en Afrique du Sud, de l'homme noir après l'apartheid qui ne rêve que de vengeance.
Roman noir, pessimiste, où règnent la soumission et la résignation. Je l'ai trouvé froid et sans sentiment, je n'ai éprouvé aucune compassion pour le "héros" (anti-héros ?) qu'on a envie de secouer pour le faire réagir...

_________________
Chantilly / chanber
What is reading but silent conversation (Charles Lamb)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sandrine57
Plume de Légende
Plume de Légende
avatar

Messages : 1037
Date d'inscription : 26/04/2010
Age : 49
Localisation : moselle

MessageSujet: Re: Disgrâce (J.M. Coetzee)   Ven 23 Déc - 12:23

David Lurie, 52 ans, est professeur à l'université du Cap. Plutôt blasé, il enseigne sans réelle conviction et trouve son plaisir une fois par semaine dans les bras d'une prostituée. Mais quand la belle Soraya cesse ses activités, David s'intéresse de plus près à Mélanie Isaacs, une de ses étudiantes. S'ensuit une liaison plus ou moins consentie jusqu'au moment où la jeune fille dépose une plainte pour harcèlement. Sûr de son bon droit, David refuse de se défendre et préfère démissionner. Il quitte Le Cap et part à la campagne rejoindre sa fille Linda qui vit dans une ferme où elle tient un chenil et cultive des légumes et des fleurs. Après quelques temps d'une cohabitation difficile le drame survient: trois jeunes noirs s'introduisent dans la maison, agressent David et violent Linda. Révolté, David réclame vengeance alors que Linda semble accepter les évènements avec résignation.
Je sors de cette lecture avec un avis plus que mitigé. A priori l'histoire est intéressante même si le personnage principal est peu attachant, voire insupportable. Vieux Don Juan libidineux, il ne se remet pas en question, n'est même pas conscient du mal qu'il fait. Le roman vaut surtout par le constat qu'il fait de l'après-apartheid. La société sud-africaine semble régie par la violence aussi bien dans les villes qu'à la campagne. David sait que les choses ont changé mais il n'a pas conscience de l'ampleur du problème. Les noirs, bien décidés à rattraper le temps perdu, réclament justice et vengeance et les blancs doivent abandonner leur position de dominant. C'est ce qu'a compris Linda qui accepte la nouvelle donne. Elle sait que pour survivre dans sa ferme elle doit se mettre sous la protection de son voisin noir et elle accepte ce nouvel ordre des choses. Quelque part, elle se sent coupable des erreurs du passé et son viol est pour elle un moyen de payer pour ces erreurs.
Le problème, pour moi, est que j'ai eu du mal à adhérer au style de COETZEE. Trop de distance, pas de sentiments, c'est froid et impersonnel. J'ai donc lu le roman avec intérêt mais sans passion. Finalement, malgré une histoire et un contexte de choix, le roman n'a pas la puissance qui fait les grands livres et c'est bien dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vampiresse
Admin
avatar

Messages : 541
Date d'inscription : 23/04/2010
Age : 28
Localisation : Poitiers

MessageSujet: Re: Disgrâce (J.M. Coetzee)   Ven 23 Déc - 22:12

Je n'ai pas lu ce roman mais j'ai étudié un texte de Coetzee à la fac et j'ai détesté. Moi aussi j'ai trouvé les personnages insupportables, l'auteur froid voire ennuyant.
Je n'ai pas du tout accroché et cet extrait étudié m'a découragé à vie d'ouvrir un livre de cet auteur. No
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labelleplume.forum-actif.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Disgrâce (J.M. Coetzee)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Disgrâce (J.M. Coetzee)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J. M. Coetzee (AFRIQUE DU SUD)
» John Maxwell COETZEE: Le maître de Pétersbourg
» John Maxwell COETZEE: Élizabeth Costello - Huit leçons de J.M. Coetzee
» LE SANG D'UN AUTRE d'Amanda Coetzee
» John Maxwell COETZEE: En attendant les barbares

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Belle Plume :: Littérature :: littérature africaine et orientale-
Sauter vers: